Calculs du nombre de secteurs pour l’arosage automatique

Maintenant que vous avez relevé le débit disponible de votre installation ainsi que les pressions statique et dynamique qui lui sont propres et réalisé le plan de votre jardin en ayant noté chaque arroseur qui composera votre système d’arrosage automatique ; vous allez pouvoir calculer vos secteurs afin qu’ils fonctionnent correctement.

Prenons l’exemple d’un arrosage dont les données seraient les suivantes :

  • Dimensions de la pelouse = 10 m x 5 m
  • DD (débit disponible) = 1 800 L/h soit DD = 1,8 m³/h
  • DA (débit d’un arroseur) = 0,4 m³/h
  • PS (pression statique) = 5 B
  • PD (pression dynamique) = 3,2 B

Plan de la zone à arroser :

Plan réalisé via l’application My Garden de Gardena. Cliquez sur l’image pour y accéder.

 

Vous procéderez selon les étapes suivantes :

1- Calcul du débit instantané (DI) :

Le débit instantané (DI) est la somme des débits de tous nos arroseurs, turbines et tuyères confondues.

Ici nous avons 6 arroseurs ayant chacun un débit de 0,4 m³/h.

DI = nb d’arroseurs x DA

DI = 6 x 0,4 m³/h

DI = 2,4 m³/h

Nous obtenons donc un débit instantané de 2,4 m³/h.

2- Calculs du nombre de secteurs :

En fonction de ce résultat, nous allons maintenant calculer le nombre de secteurs donc ce système sera composé en appliquant la formule suivante :

Nb de secteurs =  DI / Dcpt ou encore DI / DD

Nb de secteurs = 2,4 / 1,8 = 1,33 secteurs

On arrondira donc à l’unité supérieure en comptabilisant 2 secteurs.

3- Calcul du débit moyen par secteur (DM/S) :

Maintenant, pour calculer le débit moyen par secteur, nous utiliserons cette formule :

DM/S = DI / Nb de secteurs

DM/S = 2 400 / 2

DM/S = 1 200 L

Nous  obtenons alors un débit moyen par secteur de 1 200 L.

Le débit moyen du premier secteur sera donc égal au débit moyen du second secteur : 1 200 L.

4- Composition des différents secteurs :

Ici 2 possibilités s’offrent à nous : le montage en série et le montage en dérivation.

Le montage en série

Ce montage consiste à relier les arroseurs l’un après l’autre le long du tube du secteur secondaire qui sera bouchonné à son extrémité comme vous pouvez le voir sur le schéma ci-dessus.

Le montage en dérivation

Ce montage présente un maillage de chaque secteur, c’est-à-dire que les tubes de vos réseaux secondaires sont bouclés. Ceci présente un avantage puisque la pression interne aux tubes de vos secteurs secondaires sera équilibrée dans tous les points de votre réseau.

5- Choix du diamètre des tubes :

Les tubes, suivant leur diamètre ont une capacité différente. De plus, suivant la longueur utilisée, ils présentent une perte de charge qu’il faudra bien évidemment prendre en compte pour ne pas avoir de mauvaise surprise lorsque que vous mettrez votre système d’arrosage automatiqueen route.

Le tableau suivant vous expose ces quelques données relatives aux diamètres de tube les plus rencontrés dans le domaine de l’arrosage automatique :

Diamètre du tube Débit Perte de charge
20 mm 1 900 L/h 17 g/m
25 mm
32 mm 3 000 L/H 12 g/m
40 mm 4 900 L/h 9 g/m

Vous pouvez constater, sur ce tableau, que la perte de charge diminue quand le diamètre de tube augmente.

En suivant les données de notre exemple et les résultats obtenus par les différents calculs que nous avons jusque-là, nous choisirons donc un tube d’un diamètre de 25 mm.

6- Pressions :

Dans le cadre de notre exemple, nous avons une pression statique égale à 5 B et une pression dynamique égale à 3,2 B.

La pression statique nous servira à sélectionner le tube du réseau primaire en fonction de sa capacité de résistance à la pression. Cependant, je vous conseilleur de choisir un tube en polyéthylène de 16 B (bande bleue).

La pression dynamique, elle, comme nous l’avons déjà vu, vous aide à déterminer les arroseurs que vous allez installer. Pour les réseaux secondaires je vous préconiserai l’emploi de tube en polyéthylène de 10 B (bande blanche).

7- Perte de charge en rapport aux canalisations :

La perte de charge se calcule de la façon suivante : on multiplie simplement la longueur de tube utilisée par la perte de charge qui lui correspond.

Ici, pour un tube d’un diamètre de 25 mm et en admettant que nous ayons besoin de tirer une longueur de tube égale à 20 m :

20 x 17 = 340 g

Nous constaterons donc une perte de charge égale à 340 g en bout de tube.

8- Perte de charge en rapport aux pièces utilisées :

Si les frottements de l’eau dans le tube ainsi que la gravité entraînent une perte de charge, nous pouvons également constater une perte de charge due aux pièces que nous utiliserons pour raccorder ces tubes.

Le calcul de cette nouvelle perte de charge consiste à rajouter 10 % à la perte de charge du tube.

10 % de 340 g = 34 g

Perte de charge totale :

340 g + 34 g = 374 g

Une petite conversion s’impose :

374 g = 0,37 kg = 0,37 B

Pression en bout de tube :

3,2 B – 0,37 B = 2,83 B

La pression que nous aurons alors au bout du tube de notre réseau secondaire sera donc égale à 2,83 B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *