Comment assurer la continuité d’un parquet sur sa terrasse ?

Le revêtement de sol d’une maison particulière assure la continuité d’un passage harmonieux dans une pièce mais aussi d’une pièce à une autre.C’est pas toujours joli d’avoir un joint disgracieux ou une barre de seuil qui fait barrière.

Mais lorsqu’on bricole un peu il n’y a plus d’interdit, il suffit juste de trouver les bonnes manières de faire. Même si cela prends un peu de temps, le résultat escompté est assuré.

Comment poser un parquet en continu lors du changement de pièces

La pose d’un parquet

Les produits sont aujourd’hui étudiés pour vous assurer une qualité de pose sans réel problème. Les lames des parquets sont prévues pour assurer des emboîtements garantissant un bon assemblage et une continuité du niveau du sol.

Avec une pose flottante vous avez à dérouler au préalable une sous-couche composite qui améliore l’isolation et surtout absorbe les défauts de planéité du support. Le seul inconvénient possible est celui d’une sur-épaisseur qui rehausse le niveau du parquet et nécessite souvent la pose d’une barre de seuil pour assurer la liaison avec un autre type de revêtement, tel du carrelage, posé dans une pièce adjacente.

Vous pouvez alors envisager la pose collée qui supprime cet inconvénient. Facile, juste à se prémunir des excès de colle que vous risquez de retrouver rapidement sur les mains et les chaussures si vous n’y prenez pas garde.

Un parquet chaleureux

Le bois, c’est chaud, c’est écolo, c’est sympathique. Cela convient bien aux pièces de la nuit que vous fréquentez en chaussons ou nus pieds.

Pour les parties jour qui sont plus empruntées, les salissures sont plus nombreuses, à moins de vouloir circuler dans la maison en patins, comme autrefois, mais bonjour la galère. Pour placer du parquet sur votre terrasse, il est important que le socle de base soit bien plat afin d’éviter que vos meubles de jardin et abris de jardin ne soient pas à plat sur le sol.

Le carrelage est une solution pour faciliter l’entretien et résister aux agressions des chaussures ou godillots crottés qui s’insinuent par inadvertance sur un sol intérieur défendu fermement par la maîtresse de maison.

N’hésitez pas à marier ces divers produits pour s’adapter à la réalité des situations susceptibles d’être rencontrées.

Le sens de pose

Pour un carrelage, vous n’avez guère à vous inquiéter du sens de pose, à moins que vous n’utilisiez des motifs spécifiques.

Pour le parquet, les constructeurs recommandent un sens de pose pour assurer le bon emboîtement des éléments : de gauche à droite depuis un coin de la pièce puis en descendant vers vous.

Il y a un petit coup de main à prendre, mais cela se passe plutôt bien dès que vous avez enfin compris qu’il convient de relever suffisamment, mais sans la déboîter, la lame précédemment posée à gauche, d’où l’utilité déjà d’une cale de taille suffisante glissée sous l’extrémité de la dite lame.

Le passage des portes

Lorsque vous changez de type de revêtement, vous n’y échappez pas, il vous faut prévoir un joint de raccordement, ou une barre de seuil.

Lorsque vous gardez le même type de revêtement, c’est sympathique d’assurer la continuité et d’effectuer les bonnes découpes, précisément mesurées, pour que tout s’enchaîne sans délimitation.

Un peu de méthode, un peu de réflexion, un travail dans la sérénité en éliminant toute urgence, et on y arrive parfaitement en vérifiant petit à petit que tout va bien, que les découpes sont bien placées.

 

Remonter les lames

Lorsque vous débouchez dans une pièce nouvelle avec votre parquet méticuleusement découpé et emboîté, tout va bien si vous êtes dans le prolongement des murs et que vous continuez votre pose dans le sens prévu par construction.

Là où c’est rigolo, c’est lorsque vous débouchez en milieu de pièce et qu’il vous faut effectuer une remontée savante avec votre parquet pour rejoindre le mur opposé au sens de pose traditionnel.

Les emboîtements sont à faire en remontant et en soulevant les lames juste en dessous, en se déplaçant de la droite vers la gauche, à l’inverse de ce qu’expliquent les notices … et en l’occurrence veiller à ne pas appuyer sur les lames encollées, quoique.

Bon, pas de panique, en bricolage, tout est possible.

Prenez un peu de temps, une bonne dose de patience, pratiquez le petit jeu des essais-erreurs-corrections, prenez la vie dans le bon sens, surtout lorsque vous remontez à contre sens.

La solution en pratique

une panoplie d’outils maison

Entrez dans la pièce avec votre parquet, collez et emboîtez deux lames sur toute la largeur de la pièce pour les rigidifier. Vérifiez la linéarité de vos deux lames avec une règle et calez les au sols pour qu’elles résistent aux poussées lors des emboîtements. Sur un plancher bois, c’est ultra facile, juste à visser au sol : une récupération d’échantillons ou quelques portions découpées d’une lame de parquet et vous ne risquez pas de détériorer les emboîtures qui sont toujours fragiles et dont la qualité conditionne la juxtaposition des lames suivantes.

Utilisez une cale adéquate et une spatule qui vous plaît bien pour relever les lames précédemment posées, faites glisser la nouvelle lame là ou il faut et tapotez pour emboîter en veillant à ne pas détériorer les moulures de la lame. Pareil, une petite découpe dans une chute pour taper dessus une fois encastrée dans la lame à poser.

Lorsque vous vous approchez des murs et que vous n’avez plus de place pour glisser votre marteau, fabriquez vous votre outil maison avec un morceau métallique de récupération, tordu bien comme il faut pour accrocher la lame de parquet à un bout et pour taper avec le marteau à l’autre bout.

Le bricolage c’est de la jugeotte et de l’ingéniosité. Vous avez tout ce qu’il faut pour y arriver. Faites le donc.

Vous avez des questions, vous hésitez à vous lancer, exprimez vous, c’est en faisant qu’on apprends, ou en demandant, c’est si facile. Vous avez la parole, utilisez là comme bon vous semble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *